Carrières des personnels – LDG du MESRI



Lignes directrices de gestion ministérielles relatives aux promotions et à la valorisation des parcours professionnels des personnels du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation

La loi n° 2019-828 du 6 août 2019 de transformation de la fonction publique a introduit dans la loi n° 84-16 du 11 janvier 1984 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique de l’État des dispositions prévoyant l’élaboration de lignes directrices de gestion par les administrations en matière de promotion et valorisation des parcours professionnels.

Conformément aux dispositions de l’article 12 du décret n° 2019-1265 du 29 novembre 2019 relatif aux lignes directrices de gestion et à l’évolution des attributions des commissions administratives paritaires, le présent document formalise les lignes directrices de gestion du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation en matière de promotion et de valorisation des parcours professionnels, applicables :

  • aux personnels enseignants-chercheurs et assimilés ;
  • aux personnels de bibliothèques, aux personnels ingénieurs et aux personnels techniques de recherche et de formation (ITRF).

Ces lignes directrices de gestion fixent les orientations générales de la politique du ministère en matière de promotion et de valorisation des parcours ainsi que les procédures applicables.

Chaque établissement établit ses lignes directrices de gestion qui doivent respecter les principes de légalité, de compatibilité avec les LDG ministérielles et de caractère non prescriptif de leurs dispositions.

S’agissant des autres personnels de la filière ITRF (TECH, ASI, IGE, IGR) affectés dans des services ou établissements relevant du ministère de l’Éducation nationale de la Jeunesse et des Sports, il convient de se référer aux présentes lignes directrices de gestion.

S’agissant des personnels administratifs, techniques, sociaux et de santé du ministère de l’Éducation nationale de la Jeunesse et des Sports, il convient de se référer aux lignes directrices de gestion du ministère de l’Éducation nationale de la Jeunesse et des Sports et le cas échéant aux lignes directrices académiques, y compris lorsqu’ils sont affectés dans l’enseignement supérieur.

Enfin, s’agissant des personnels de 1er et 2d degré affectés dans le supérieur, il convient de se référer aux lignes directrices du ministère de l’Éducation nationale de la Jeunesse et des Sports et le cas échéant aux lignes directrices académiques,

Les lignes directrices de gestion ministérielles sont établies pour trois ans et peuvent faire l’objet en tout ou partie d’une révision pendant cette période.

Elles sont soumises, pour avis, au comité technique du ministère.

Un bilan de la mise en œuvre des lignes directrices de gestion ministérielles sera présenté chaque année devant le comité technique. Ce bilan présentera des données pluriannuelles sur les caractéristiques globales des promotions (femme/homme, établissements, BAP, taille des structures, etc.), sous réserve de la disponibilité des données.

I. Des possibilités de promotion et de valorisation des parcours des personnels tout au long de leur carrière

Les promotions (avancement au sein d’un même corps et accès à un corps supérieur) reconnaissent la valeur professionnelle et les acquis de l’expérience professionnelle. Elles permettent à un agent d’accéder à des fonctions d’un niveau supérieur, de faire correspondre, dans l’intérêt du service et de celui de l’agent, le potentiel de chacun au niveau de fonctions exercées, de procéder à une meilleure reconnaissance des mérites et de favoriser l’élaboration des parcours professionnels fondés sur la valorisation des compétences déployées et l’expérience professionnelle de chaque agent.

Le MESRI offre des perspectives d’avancement et de promotions régulières au sein de chaque corps dans le cadre d’une carrière articulée en deux ou trois grades. Le principe est de permettre a minima à tous les agents déroulant une carrière complète, d’évoluer au moins au sein de deux grades[1] conformément aux dispositions du protocole PPCR.

Les différentes modalités de promotion sont notamment :

  • L’avancement de grade avec ou sans tableau d’avancement est établi par le ministre ou le recteur selon les corps, au choix ou par examen professionnel, selon les corps ;

Les promotions sont prononcées dans l’ordre d’inscription au tableau d’avancement, s’il existe ou par les chefs d’établissement, pour les enseignants-chercheurs, après avis des instances compétentes. Elles prennent effet au 1er septembre de chaque année.

Pour les corps des filières ITRF et de bibliothèques, les grades accessibles par deux voies ( au choix et par examen professionnel) obéissent à une même logique. L’examen professionnel est la voie majoritaire (généralement 70% des postes). Elle est ouverte à un vivier d’agents moins avancés dans la carrière. Par conséquent, la voie du choix, minoritaire en nombre de promotions, et ouverte sous conditions d’ancienneté supérieure à celle de l’examen professionnel, s’adresse généralement à des agents plus avancés dans la carrière.

  • De plus, les personnels peuvent valoriser leur parcours en accédant à des corps de catégorie ou de niveau supérieur selon différentes voies : concours ou liste d’aptitude.

Outre ces procédures de droit commun, les fonctionnaires en situation de handicap peuvent bénéficier d’une voie dérogatoire de promotion interne en application de l’article 93 de la loi n° 2019-828 du 6 août 2019 de transformation de la fonction publique. Il s’agit d’accéder à un corps de niveau ou de catégorie supérieur et supérieure, par la voie du détachement, sous réserve d’avoir accompli préalablement une certaine durée de services publics conformément aux modalités prévues par le décret n° 2020-569 du 13 mai 2020. Cette nouvelle procédure sera précisée par une circulaire ultérieure.

  • Enfin, la nomination sur des emplois fonctionnels permet à des agents d’exercer des responsabilités supérieures (par exemple, directeur généraux des services, administrateur de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche -AENESR).

II. Des procédures de promotion et de valorisation des parcours visant à garantir un traitement équitable des agents

Les agents éligibles à une promotion – dits promouvables dans des conditions statutaires définies pour chaque corps et grade– sont sélectionnés, dans le cadre de procédures équitables et connues des personnels. Le MESRI s’appuie sur l’appréciation qualitative des agents et sur leur parcours professionnel.

En application de l’article 6 de la Loi n° 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires, « Aucune distinction, directe ou indirecte, ne peut être faite entre les fonctionnaires en raison de leurs opinions politiques, syndicales, philosophiques ou religieuses, de leur origine, de leur orientation sexuelle ou identité de genre, de leur âge, de leur patronyme, de leur situation de famille ou de grossesse, de leur état de santé, de leur apparence physique, de leur handicap ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie ou une race. »

La gestion des carrières des personnels est fondée sur le principe d’égalité de traitement des agents et de prévention de l’ensemble des discriminations, conformément aux politiques des ministères en matière d’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes, de handicap et plus généralement de diversité.

Les personnels encadrants et les gestionnaires de ressources humaines sont particulièrement sensibilisés et sont formés sur ces questions.

Les avancements de corps et de grade s’exercent dans le respect du nombre de promotions autorisées annuellement.

  • Prise en compte de la valeur professionnelle et les acquis de l’expérience professionnelle.

Pour prononcer les promotions, l’autorité compétente recueille systématiquement un avis qualitatif sur le dossier des personnes promouvables. Pour les personnels de bibliothèque et ITRF, la ministre recueille cet avis du supérieur hiérarchique. Pour les enseignants-chercheurs, le chef d’établissement, s’il a reçu délégation, recueille l’avis des instances prévues dans le statut du corps.

L’objectif est d’apprécier, sur la durée de la carrière, l’investissement de l’agent compte tenu de ses missions et activités professionnelles, de son implication dans la vie de l’établissement, ou dans l’activité d’une structure (service, entité de formation ou de recherche, etc.), de la richesse et de la diversité de son parcours professionnel, de ses formations et de ses compétences.

  • Respect de l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes

Une attention particulière est portée à l’équilibre entre les femmes et les hommes dans le choix des propositions, conformément au protocole d’accord du 8 mars 2013 complété le 30 novembre 2018, relatif à l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes dans la fonction publique et à l’article 58 1° 2e alinéa de la loi 84-16 du 11 janvier 1984 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique de l’État qui prévoit qu’ il est tenu compte de la situation respective des femmes et des hommes dans les corps et grades concernés, dans le cadre des lignes directrices de gestion prévues au même article 18.

Le MESRI s’attache à ce que la répartition des promotions corresponde à la part respective des femmes et des hommes parmi les promouvables et tienne compte de leur représentation dans les effectifs du corps d’origine. Il recommande aux établissements de développer des actions de communication pour inciter les promouvables à faire acte de candidatures, notamment en direction du sexe le moins représenté et de veiller à arrêter un classement cohérent avec la part respective des femmes et des hommes parmi les promouvables. Ces actions pourront faire l’objet d’engagement dans le cadre des plans d’action égalité femmes/hommes.

Plus particulièrement, pour l’ensemble des personnels, le MESRI veille notamment à ce que les agents à temps partiel ou ayant bénéficié de congé maternité, parental ou d’adoption bénéficient des mêmes possibilités de promotions.

À cet effet, les tableaux annuels d’avancement des corps des filières ITRF et de bibliothèques précisent la part respective des femmes et des hommes dans le vivier des agents promouvables et celle parmi les agents inscrits à ce tableau qui sont susceptibles d’être promus en exécution de celui-ci.

Concernant les enseignants-chercheurs, le MESRI s’engage à mettre à la disposition des établissements et des sections du Conseil national des universités (CNU) les pourcentages hommes/femmes parmi les promouvables et les promus par grade de l’année précédente.

Des données sexuées sont présentées annuellement dans le bilan relatif à la mise en œuvre des lignes directrices de gestion.

  • Promotion des personnels en situation de handicap

L’article 6 sexies de la loi 83-634 du 13 juillet portant droits et obligations des fonctionnaires prévoit que les employeurs doivent prendre toutes les mesures appropriées pour garantir le respect du principe d’égalité de traitement à l’égard des personnes en situation de handicap, et notamment pour leur permettre de développer un parcours professionnel et d’accéder à des fonctions de niveau supérieur.

Il en résulte que les conséquences que peut avoir le handicap sur l’organisation du travail ou les besoins particuliers des agents ne doivent pas affecter l’appréciation de leurs compétences et de leur valeur professionnelle et la possibilité de promotion de ces agents.

Les rapports les concernant ne doivent pas non plus évoquer le handicap mais uniquement les aspects professionnels permettant d’éclairer les avis donnés.

  • Prise en compte de l’activité professionnelle exercée dans le cadre d’une activité syndicale

Les compétences acquises dans l’exercice d’une activité syndicale sont prises en compte au titre des acquis de l’expérience professionnelle[2].

Par ailleurs, les agents déchargés syndicaux ou mis à disposition d’une organisation syndicale, qui consacrent la totalité de leur service à une activité syndicale ou qui y consacrent une quotité de temps de travail égale ou supérieure à 70 % d’un service à temps plein, depuis au moins six mois, sont inscrits de plein droit sur le tableau d’avancement du fonctionnaire réunissant les conditions requises. Cette inscription a lieu au vu de l’ancienneté acquise dans ce grade et de celle dont justifient en moyenne les fonctionnaires titulaires du même grade ayant accédé au grade supérieur au titre du précédent tableau d’avancement.

Concernant les enseignants-chercheurs, en l’absence de tableau d’avancement mais en application du principe cité ci-dessus, la DGRH communiquera annuellement aux établissements l’ancienneté moyenne au titre de la campagne de promotion précédente. Les établissements signaleront les enseignants-chercheurs qui répondent aux conditions énoncées plus haut et verront leur contingent augmenté à due hauteur.

  • Maintien d’un équilibre entre univers d’exercice, entre disciplines pour les enseignants-chercheurs et branches d’activité professionnelle (BAP) dans la filière ITRF

Comme mentionné plus haut, du fait de la richesse et de la diversité des établissements, le MESRI porte une attention particulière au maintien d’un équilibre des promotions entre établissements et services, y compris ceux qui ne dépendent pas du MESRI, au regard notamment de leur taille, mais également de l’historique de celles qui ont été attribuées au cours des années antérieures afin de garantir une répartition équitable de ces promotions sur l’ensemble du territoire.

Pour les enseignants-chercheurs, les promotions sont prononcées, sauf situations particulières précisées en annexe, pour moitié par le Conseil national des universités (CNU) et pour moitié par les instances compétentes des établissements. Le MESRI définit, pour les possibilités de promotion des enseignants-chercheurs attribuées au CNU, une répartition par section calculée au prorata des effectifs d’enseignants-chercheurs titulaires par discipline.

Il veille également, à un équilibre des BAP représentées dans les promotions au regard de leur poids dans les promouvables.

III. Un accompagnement des personnels tout au long de leur carrière

Les directions des ressources humaines des établissements contribuent à l’accompagnement professionnel des personnels par la mise en place et la coordination de dispositifs d’aide, de soutien et de conseil ainsi que de formation.

Les directions des ressources humaines des établissements organisent les campagnes annuelles d’avancement et garantissent l’information des agents et des supérieurs hiérarchiques.

Le ministère veille à assurer :

  • Un accompagnement continu des agents

Le ministère s’attache à développer l’adaptation à l’emploi de ses personnels. Des formations et des dispositifs d’accompagnement des personnels sont proposés aux agents, pour faciliter l’adaptation de leurs compétences et capacités aux exigences des postes ainsi qu’à l’évolution des métiers.

Les maîtres de conférence stagiaires bénéficient durant leur année de stage d’une formation visant à l’approfondissement des compétences pédagogiques nécessaires à l’exercice du métier, organisée au sein de chaque établissement ou groupe d’établissements d’enseignement supérieur (cf. article 32 du décret n° 84-431.

Concernant les enseignants-chercheurs, en application de l’article 18-1 du décret n° 84-431 du 6 juin 1984, un suivi de carrière des enseignants-chercheurs est réalisé par le conseil national des universités. Pour accompagner les enseignants-chercheurs, les établissements prennent en considération les avis du CNU quand ceux-ci leurs sont communiqués.

Les conservateurs et conservateurs généraux des bibliothèques peuvent bénéficier d’un congé de formation spécifique sous certaines conditions prévues par les dispositions des articles 22 et 30 du décret n° 92-26 du 9 janvier 1992 portant statut particulier de ces corps[3].

  • L’information des personnels tout au long des procédures de promotion

Les personnels sont informés des conditions des promotions de grade et de corps et d’évolution sur des emplois sur le site http://www.enseignementsuprecherche.gouv.fr ou pour les enseignants-chercheurs sur le site Galaxie.

Les notes de service, publiées annuellement, précisent les calendriers des différentes campagnes d’avancement de grade et de corps et, le cas échéant, les dossiers à constituer.

Les personnels sont informés individuellement de leur promouvabilité.

Le nombre de promotions autorisées annuellement et les résultats des promotions de corps et de grade donnent lieu à publication sur les différents sites des ministères. Les organisations syndicales représentatives en comité technique sont destinataires de ces documents.

Des données et indicateurs sont publiés annuellement au sein notamment du Bilan social ministériel. Les établissements sont tenus d’établir également annuellement un bilan social comportant des indicateurs relatifs aux promotions.

Les résultats des campagnes de promotions (tableaux d’avancement, listes d’aptitude, résultats publiés sur Galaxie, etc.) peuvent faire l’objet d’un recours dans les conditions de droit commun.

***

Afin de prendre en compte les spécificités statutaires des différents corps gérés, les présentes lignes directrices de gestion sont complétées par 2 annexes déclinant les orientations générales et les principes régissant les procédures de promotion et de valorisation des parcours :

  • aux personnels enseignants-chercheurs et assimilés (annexe 1) ;
  • aux personnels de bibliothèques, aux personnels ingénieurs, et aux personnels techniques de recherche et de formation ITRF (annexe 2).

[1] Dès lors que le corps concerné comporte deux ou trois grades.

[2] Article 23 bis V de la loi 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligation des fonctionnaires

[3] Circulaire n° 076126 du 14 novembre 2008 fixant les conditions d’attribution du congé de formation spécifique.

Pour la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, et par délégation,
Le directeur général des ressources humaines,
Vincent Soetemont

    Pour le ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, et par délégation,
    Le directeur général des ressources humaines,
    Vincent Soetemont