Intervention UNSA ITRF-BI-O auprès de la Ministre du MESRI


Intervention auprès de Frédérique Vidal, Ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation

Vendredi 30 octobre 20 20

1ère réunion du suivi du confinement auprès des organisations syndicales représentatives au CTMESRI

Voici le texte de mon intervention lors de la 1ère réunion sur le confinement dans l’ESR. Vous trouverez à la fin de l’article les documents mis à jour au 30 octobre 2020 :

  • la circulaire du MESRI
  • la FAQ (foire aux questions)
  • Organisation des espaces d’examens et concours dédiés aux étudiants

Martine Samama
Secrétaire générale

« Le moment n’est bien évidemment pas à la polémique car il est bien question aujourd’hui de mettre toutes chances du côté des étudiant.e.s. Il faut que nous fassions tout notre possible pour ne pas les mettre en difficultés dans leurs conditions d’études, d’hébergements, de restauration et de suivi de santé. Pourtant, la période de confinement annoncé risque d’être bien plus longue que prévu. Notre rôle est de voir avec vous et avec les établissements les meilleures façons d’agir dans leur intérêt.

Pour autant, il ne faut pas oublier tous les personnels qui sont, eux aussi, fortement inquiets et stressés dans ce climat très délétère. C’est pourquoi je tiens à revenir sur la question du télétravail. Il est bien évident que tant qu’une circulaire claire ne sera pas envoyée à nos employeurs, chacun d’entre eux fera comme il en aura envie et parfois sans consulter les instances locales. Nous avons déjà de trop nombreux exemples, remontés par nos délégués locaux, de chefs d’établissements ou chefs de service qui considèrent que le travail est seulement une option et ne prennent pas conscience de la situation sanitaire. C’est pourquoi je vous demande une clarté absolue sur ce point. Quels sont les moyens qui seront mis en place dans les établissements pour que les collègues qui peuvent exercer leurs missions à distance puissent le faire ?

Les interventions du Président de la République (allocution du 28 octobre 2020) et du Premier Ministre (29 octobre 2020, Assemblée Nationale et conférence de presse) sont pourtant très claires. Le télétravail ou le travail à distance, dans ce contexte, n’est pas une option.

L’ensemble des personnels sont parfaitement conscient de la nécessité de maintenir une continuité du service public aux étudiant.e.s. Cela ne peut pourtant pas se faire sans assurer leur sécurité. »

Quelques éléments de réponse de Frédérique Vidal :

« Nous sommes dans une situation d’urgence. Je rappelle le rôle essentiel des CHSCT et j’ai demandé aux présidents d’organismes et aux présidents des conférences de veiller à organiser des CHSCT locaux de manière à ne pas revivre ce qui s’est passé lors de la première phase du confinement où les décisions étaient présentées et pas co-élaborées. Pour les contacts avec les services des établissements (SSU, SCIO, BU, CROUS, services administratifs), il y aura des accès sur rendez-vous pour maintenir du lien. Une circulaire du ministère de la Fonction Publique concernant le télétravail est sortie : le télétravail est la règle pour l’ensemble des activités qui le permettent. Ce qui est mis en place n’a qu’un seul but, freiner la propagation du virus et donc, de limiter au maximum les interactions qui ne sont pas nécessaires et la circulaire précise les conditions des ASA. J’entends aussi les besoins en équipements et je vais demander aux établissements de me remonter leurs priorités en termes d’équipements. Nous préciserons le décret de la FP dans une circulaire spécifique si nécessaire. Il faut qu’on s’assure que les moyens soient donnés pour garantir la continuité du service public et évidemment celui de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Je suis totalement consciente de la détresse générale dans laquelle ce confinement plonge l’ensemble de nos concitoyens et particulièrement les personnels et les étudiants. Je voudrais souligner la responsabilité des personnels et remercier tout le monde de cet engagement. Il faut que nous travaillions en proximité et faire remonter les interrogations ou les dysfonctionnements en amont des réunions hebdomadaires pour les rendre le plus efficaces possible. »